mardi 27 septembre 2016

LE MARCHÉ


On achète quoi au marché?


Fais ces activités pour réviser les produits. Tu dois écouter la vidéo et associer les images aux textes, puis il faut cliquer sur le numéro 2 pour un autre exercice et ensuite 3 et 4.

lundi 26 septembre 2016

NON MAIS ALLOC QUOI

Manuel Valls relance l'idée d'un revenu unique ouvert à tous sous conditions à partir de 18 ans. Une proposition pour répondre à la précarisation des jeunes.

Lire l'article dans Libération

jeudi 22 septembre 2016

LE PETIT DÉJEUNER

Partout on n'a pas les mêmes habitudes. On va apprendre à préparer un bon petit déj' avec Telmo et Tula: "le muesli" qui a une origine suisse.

Et toi, qu'est-ce que tu prends comme petit déjeuner?

LE LOOK DES ÉTUDIANTS FRANÇAIS

DIS-MOI COMMENT TU T'HABILLES, JE TE DIRAI OÙ TU ÉTUDIES

 


DIAPORAMA - Septembre est le mois de toutes les rentrées… et de tous les looks. A la sortie de trois universités parisiennes, des étudiants ont accepté de décrypter leur tenue habituelle sur les bancs de la fac. 


A chaque université, ses codes vestimentaires bien définis. A Paris I, place du Panthéon, le «look étudiant» est justement à l’honneur. On préfère miser sur la simplicité et le confort: jeans slim et baskets sont de rigueur. A Dauphine, les étudiants sont plus branchés et pointus qu’ailleurs. Silhouettes soignées d’éphèbe et sacs de créateur sont légion.

ILS VEULENT TOUS PARTIR

74% des jeunes français veulent travailler à l'étranger


Une enquête pour le Figaro Étudiant révèle les attentes des lycéens et étudiants français quant à leur orientation et leur entrée dans le monde professionnel.

Les lycéens et étudiants sont confiants pour leur avenir, moins pour celui de la France. C’est ce que révèle cette enquête: 9% d’entre eux se disent très optimistes en pensant à leur futur, et 64% plutôt optimistes. Un petit quart se déclare néanmoins plutôt pessimiste et 4% seulement sont très pessimistes. Quand on les interroge sur l’avenir de la France, les réponses sont beaucoup moins enthousiastes. Seul 1% des jeunes se déclarent très optimistes, et un petit tiers (30%) plutôt optimistes. Ils sont 12% à prédire un avenir sombre à notre pays. 

La passion et les centres d’intérêt, éléments déterminants de l’orientation

Les jeunes sont également très enclins à étudier et travailler à l’étranger. 64% d’entre eux se déclarent «tout à fait» et «peut-être» prêt à étudier hors de France, une proportion qui atteint les 74% lorsqu’il s’agit de travailler.
Les jeunes sont une majorité (57%) à avoir choisi leur orientation en fonction de leur passion ou de leurs centres d’intérêt. Cette proportion atteint les 65% pour les étudiants de l’université. Les débouchés (36%) et le salaire à la sortie (16%) sont des facteurs que les jeunes ne négligent pas lors de leur choix, contrairement à l’influence des proches. Seuls 8% des jeunes choisissent une formation sur incitation parentale, et 4% en fonction de leurs amis. 

La ville reste le critère le plus important lors du choix de son établissement

Pour choisir l’établissement précis où ils suivront leur formation, c’est la localisation de ce dernier et la qualité de l’enseignement qui y est prodigué qui priment, loin devant les autres critères. Les perspectives de carrières, la notoriété de l’établissement et le coût de la formation sont également importants.

Salarié dans une grande entreprise privée, premier job idéal des jeunes

Pour la part de lycéens et étudiants qui ont ou qui envisagent de passer un concours pour intégrer une formation, le meilleur moyen de réviser reste les annales des précédents concours. Près de 80% d’entre eux privilégient ce moyen de révision, contre 47% qui demandent conseil à des étudiants ayant passé le même concours, et 39% qui s’entraînent en ligne. Seuls 10% ont fait appel à un coach ou un professeur particulier.
Concernant leur premier emploi idéal, les jeunes interrogés par le Figaro Étudiant s’imaginent majoritairement salariés (61%). Près de 40% d’entre eux préféreraient être embauchés par une grande entreprise privée, et 23% plutôt par une start-up ou une PME. Un jeune sur cinq pense devenir fonctionnaire, 8% exercer une profession libérale et 5% devenir travailleur indépendant. Seuls 3% d’entre eux s’imaginent entrepreneurs.

Pôle emploi, loin d’être un réflexe pour trouver du travail

Pour décrocher ce premier job, 47% des jeunes enverront des candidatures spontanées, mode de candidature privilégié en particulier par les femmes (55%).Un tiers d’entre eux iront chercher sur des sites de recrutement sur internet, contre seulement un jeune sur cinq qui privilégiera les services de Pôle Emploi, de l’Apec ou de la Chambre des Métiers. Les relations personnelles ainsi que le réseau et les services dédiés aux carrières dans les écoles et universités restent de bons moyens de trouver un emploi selon les jeunes interrogés. 
Source: Le Figaro.ft étudiant

mardi 20 septembre 2016

BIZUTAGE OU JOURNÉES D'INTÉGRATION?

La rentrée est aussi le moment des périodes d’intégration. Si le plus souvent, un esprit «bon enfant» règne lors de ces événements, il arrive que sous couvert de rites initiatiques, des pratiques s’apparentant au bizutage perdurent. 

«En première année de classe prépa, je n’ai pas voulu aller à la soirée d’intégration car je sentais que l’ambiance ne me plairait pas et je voyais bien qu’il y aurait trop d’alcool», raconte Pierre, 20 ans et étudiant en école d’ingénieurs, qui poursuit: «Ma classe disposait d’un budget de 600 euros pour la soirée, qui a principalement servi pour acheter de l’alcool. Avant la soirée, les deuxième année sont venus en classe pour récupérer des questionnaires de bizutage que l’on devait avoir rempli. Nous devions répondre à des questions comme Mâle: Un titre de film pour décrire votre pénis, Sur l’échelle de Richter, note ta beauté intérieure, ta beauté extérieure, ton cul ou Que pensez-vous du viol à domicile». Des questions auxquelles il n’a pas voulu répondre. «Le professeur présent a demandé que les élèves de deuxième année parlent plutôt d’intégration et non pas de bizutage car c’est interdit, mais ils ont insisté sur le fait qu’il s’agissait bien de bizutage». Pierre est donc entré en contact avec le Comité national contre le bizutage (CNCB) pour leur signaler la pratique, illégale et punie par la loi.

«Un rapport dominant-dominé, une relation de subordination» 

Si pour certains étudiants, ce type de questionnaires crus et de mauvais goût peut simplement faire rire, pour d’autres, plus timides, moins sûr d’eux, plus fragiles, cela peut être ressenti comme une violence ou une violation de leur intimité. C’est bien là tout le problème: la part de subjectivité. Il est en effet parfois difficile de déterminer la frontière entre intégration et bizutage. Car en dehors des cas évidents, ce qui est inconfortable pour certains ne le sera pas nécessairement pour d’autres. Et si certains étudiants pourront poser facilement leurs limites, certains n’oseront pas le faire, par peur d’être rejeté. 

«De plus en plus de plaintes sont déposées» 

Alcool à profusion, esprit de groupe, rituels propres à l’école, volonté de s’intégrer pour les nouveaux et peur de se faire rejeter: autant de facteurs qui peuvent provoquer des dérapages. Preuve en est: les nombreuses affaires portées devant la justice. En 2011, notamment, un entretien pour intégrer la Jeune association pour la promotion des activités à Dauphine (Japad) au cours duquel quatre membres du groupe ont gravé des lettres de sang avec une capsule de bière dans le dos d’un camarade. Les auteurs du bizutage ont été condamnés à huit mois de prison avec sursis. Ou encore, en 2013, quatre étudiants de l’Edhec mis en examen pour un bizutage qui s’était soldé par la chute d’une fenêtre d’un étudiant de première année fortement alcoolisé. Et cette année encore, un rapport a montré que le bizutage ou «usinage» est toujours de mise à l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers. 
En effet, il existe bel et bien un profil de victimes de bizutage. «On sait très bien qu’il n’y a pas de hasard, les victimes sont souvent les plus faibles. Il y a beaucoup de lâcheté de la part des auteurs car ils repèrent très bien lorsqu’il n’y aura pas de résistance. À partir de ce moment-là, il peut ne plus y avoir de limite, cela peut durer toute l’année».
Source: le figaro.fr étudiant


L'ENNUI DES ÉTUDIANTS

Chine: Grâce à la reconnaissance faciale, un prof sait si ses étudiants s'ennuient 


Le logiciel ultrasophistiqué décrypte les émotions que ressentent les élèves et détermine s’ils sont heureux ou neutres. L’objectif? Leur proposer des cours plus adaptés et éveiller leur curiosité. 

Un professeur de l’université Sichuan, dans le sud ouest de la Chine, utilise un dispositif de reconnaissance faciale pour déterminer si ses étudiants sont stimulés ou si au contraire, ils s’ennuient. L’objectif de Wei Xiaoyon, professeur de science? Adapter ses cours pour intéresser le plus possible ses élèves et éveiller leur curiosité. Le logiciel ultrasophistiqué décrypte les émotions que ressentent les étudiants à partir des images capturées par des caméras installées dans les salles de cours. Le dispositif permet ainsi de déterminer si les élèves sont «heureux» ou «neutres». À partir de ces données, il est possible de déterminer leur degré d’ennui. Les visages de 324 étudiants ont ainsi pu être analysés.

«Il est possible de déterminer ce qui suscite l’intérêt des élèves»

«Si nous corrélons ce type d’information à la manière d’enseigner, et que nous nous basons sur une chronologie, il est possible de déterminer ce qui suscite l’intérêt des élèves», explique Wei Xiaoyon au quotidien britannique The Telegraph . «Le professeur peut ainsi savoir s’il enseigne de la bonne manière ou si le contenu de l’enseignement est adapté à ses étudiants». De nombreux professeurs partout en Chine ont d’ailleurs adopté le dispositif . Wei Xiaoyon considère que cette technologie pourrait être utile dans tous les domaines de l’enseignement et même au-delà.
Source: Le figaro.fr étudiant

lundi 19 septembre 2016

LE TRAVAIL - LE CHÔMAGE

À travers ces dessins on peut connaître le fonctionnement du monde du travail, mais aussi du chômage.


Dessine-moi l'éco : Y a-t-il un remède au... por Dessinemoileco

On ne va pas parler du travail mais du chômage. Réponds à cette question: "Si j'étais au chômage, qu'est-ce que je ferais?" 
Fiche de travail 

vendredi 16 septembre 2016

PARLER FRANÇAIS

C'est vrai, nous adorons le français! Bienvenus et bonne année à tous et à toutes!



Pourquoi parler français?


jeudi 15 septembre 2016

RENTRÉE


Les vacances sont finies et voilà, la rentrée est arrivée. De tous jeunes écoliers nous racontent leurs vacances et ce que c'est la rentrée pour eux.

LA RENTRÉE


Oui, c'est la rentrée. Les vacances sont finies et on va commencer avec un quiz après l'écoute de ce qui est une rentrée écologique:


Quelques changements importants ont eu lieu l'année dernière:

Maintenant, les élèves français iront à l'école le mercredi matin mais ils quitteront la classe plus tôt les autres jours de la semaine et auront la possibilité de découvrir de nouvelles activités (Temps d'Activités Périscolaires = TAP). Ces activités varieront selon l'âge et les capacités offertes par les établissements scolaires. Maintenant écoute l'avis de Cyprien sur l'école et la rentrée: