samedi 21 octobre 2017

GROS COUIC SUR LE PETIT-DÉJ

Le repas le plus important de la journée ? Fini, oublié. C’est mort. Le miel sera bientôt au prix du caviar, le cours du beurre a presque triplé depuis avril 2016, et on n’ose pas parler du café ou du cacao…

On nous l’a tellement serinée que l’affirmation (quoique contestée par certains scientifiques) vire à la conviction collective. Le petit-déjeuner, ce rite pourtant récent, apparu au XIXe siècle, est essentiel, capital, le plus important des repas. Commencer la journée le ventre vide relèverait même de la faute grave, facteur de problèmes de mémoire et de concentration. Sachant que cette impasse multiplierait par 4,5 les risques de développer un surpoids. Et les études sur les habitudes alimentaires d’alarmer sur le désamour pour le p’tit-dej, notamment chez les jeunes.
Et s’il s’agissait, en réalité, d’une excellente nouvelle? Et si ces absentéistes du matin avaient intuitivement tout compris, avant la cohorte moutonnière et gloutonne? C’est le salto arrière intellectuel qu’on est en droit d’accomplir ces jours-ci, après avoir additionné différentes données.
C’est, pour commencer, la chronique du déclin des abeilles qui se confirme chaque jour, avec, à la clé, la promesse affolante d’une extinction. Premiers coupables : les pesticides. Ces serial killers sont plus globalement responsables de l’effondrement de 80 % des populations d’insectes volants en Europe, en l’espace de trente ans. Or, jeudi, on apprenait à la fois que la production de miel en France serait «catastrophique» cette année avec une récolte «en dessous des 10 000 tonnes» et que deux pesticides contenant un néonicotinoïde (substance tueuse d’abeilles) ont obtenu l’autorisation de mise sur le marché français. Bien joué le gouvernement, on a envie de dire. A quand un miel au prix du caviar ? Autant s’en priver tout de suite, pour s’habituer.
Problème : c’est possiblement sur la tartine dans son ensemble qu’il va falloir faire une croix. Vu que le beurre aussi tourne mal. Pour le porte-monnaie du consommateur s’entend, avec un envol du cours de la tonne de beurre industriel, presque multiplié par trois : de 2 500 euros en avril 2016, il est passé à 7 000 euros cet été. Merci le retour en grâce de la graisse. Car voilà, après nous avoir fait les gros yeux pendant des décennies avec l’équation corps gras = cholestérol, les chercheurs ont affiné leur propos et établi que les acides gras saturés animaux, contenus dans le beurre (contrairement à la margarine), la viande ou la crème, ne sont finalement pas dangereux pour la santé. Exit notamment le sur-risque de maladies cardio-vasculaires. Et le beurre d’être adoubé «or jaune», au moment même où l’huile de palme déforestatrice et ennemie des artères (45 % d’acides gras saturés) concentre les foudres. Des Etats-Unis à l’Arabie Saoudite en passant par l’Asie, la demande explose. Las, le moral de la filière lait vole toujours en rase-mottes : sous la pression anti-corps gras, la recherche génétique a reconditionné les vaches qui produisent désormais un lait contenant moins de matières grasses, donc, in fine, moins de beurre…
Au pire, il nous reste le café et le chocolat, ces must du petit-déjeuner continental. En fait… non. En cause, cette fois, le réchauffement climatique auquel les caféiers et les cacaoyers sont hypersensibles. L’offre (comme la demande) est pour l’heure globalement stable, mais d’aucuns alertent : si, en 2050, la température augmente de 2° C comme le prévoient les experts, certaines zones d’Afrique de l’Ouest deviendront carrément impropres à la production de cacao. Et l’arabica est déjà en berne. Allez, un bol d’eau chaude et au boulot!
D'après libération.fr



mercredi 18 octobre 2017

VIOLENCE CONTRE LES FEMMES: "AU NOM DE MARIE"

Au nom de Marie" pour répondre à "Cantat en son nom". Une semaine après la couverture polémique des "Inrocks" consacrée à Bertrand Cantat, le magazine "Elle" a choisi de dédier son édito à la victime de ce dernier, Marie Trintignant.
En plein scandale Weinstein, et alors que les langues se délient aux Etats-Unis comme en France pour dénoncer le harcèlement sexuel, le magazine féminin met à l'honneur "les femmes victimes de la violence des hommes."
"Cette semaine dans 'Elle', on se souvient de Marie Trintignant", indique la publication postée sur Instagram lundi 16 octobre, accompagnée du hashtag "Stop aux violences faites aux femmes".
Clique sur l'image pour lire l'édito.

http://www.elle.fr/Societe/News/Au-nom-de-Marie-notre-edito-pour-toutes-les-femmes-victimes-de-la-violence-des-hommes-3563744


 Une semaine avant, "Les Inrocks" avaient consacré leur couverture à l'ancien chanteur de Noir Désir, libéré en octobre 2007, après avoir été condamné à huit ans de prison pour avoir porté des coups mortels à sa compagne l'actrice Marie Trintignant.
Mais ce choix éditorial avait provoqué la colère de nombreuses femmes, y compris au sein du gouvernement. "Et au nom de quoi devons-nous supporter la promo de celui qui a assassiné Marie Trintignant à coups de poings? Ne rien laisser passer", s'était par exemple insurgé la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa sur Twitter.
d'après Huffpost.fr

LE BONHEUR EN CHANSONS

Ce clip de Cristophe Maé a remporté le prix de Clip de l'Année aux NRJ Music Awards 2016 et nous parle du bonheur: Où est-il?


UNE CHANSON: JOYCE JONATHAN "ÇA IRA"



On va faire certaines activités autour de ce clip: d'abord on va essayer de trouver les mots qui nous manquent ici Et si tu veux écouter à nouveaux avec les paroles les voilà!

mardi 17 octobre 2017

LA DESCRIPTION PHYSIQUE

Pour apprendre à décrire on va s'aider de ce tableau


Pour les différents types de cheveux tu peux consulter cette page

Mais fais ces deux exercices pour élargir ton vocabulaire. Et avec ces activités trouve la  description qui correspond à chaque visage.

POÈME: "CHANSON D'AUTOMNE"

Le poème "Chanson d'automne" de PAUL VERLAINE, apparu dans le recueil Poèmes Saturniens en 1866 peut nous servir à illustrer ce changement de saison:

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.


Maintenant écoutons le poème chanté para Léo Ferré, un grand chanteur français:



Mais l'automne a représenté pour beaucoup d'auteurs et chanteurs un thème récurrent. Voilà cette vidéo où on peut écouter les poème "Les feuilles mortes" de JACQUES PRÉVERT, mis en musique par YVES MONTAND


ENCORE DES CHANSONS

Voilà encore des chansons tout autour de l'automne:

De Christophe Maé: "L'automne


 

Manu Chao et sa chanson: "L'automne Est Las"




De Francis Cabrel "Octobre"




Et "Les 4 saisons" de Grand Corps Malade où il parle un peu de tout ce qui se passe tout au long de l'année

lundi 16 octobre 2017

JEUNES ET OBÉSITÉ

Qu'est-ce qu'on fera quand on sera gros?

Problème de santé publique
Le chiffre a de quoi choquer : il y a aujourd’hui 10 fois plus de jeunes obèses qu’il y a 40 ans. L’OMS et l’Imperial College de Londres sont d’accord : ce nombre exponentiel est inacceptable et nécessite de vraies mesures de santé publique. Car sédentarité, pauvreté et mauvaise alimentation se combinent dangereusement et promettent de faire encore grimper les chiffres (de la balance). La solution proposée ? Un meilleur étiquetage et une taxe contre la malbouffe. 
Si tu veux continuer à lire ....

OBÉSITÉ

Il ya 10 fois plus d'enfants en surpoids dans le monde qu'il y a 40 ans

Une étude publiée mercredi 11 octobre dans la revue médicale britannique The Lancet et menée conjointement par l’Imperial College de Londres et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avance des chiffres effarants : 124 millions de jeunes entre 5 et 19 ans étaient en surpoids ou obèses en 2016. C’est dix fois plus qu’il y a quarante ans.
En cause : principalement la malbouffe et la sédentarité combinées à l’éducation et à la pauvreté – autrement dit, le lien entre niveau socio-économique et mauvaise alimentation. Mais aussi des "terrains génétiques" (les chercheurs étudient la possible existence d’un "gène de l’obésité").

Un niveau d’obésité "inacceptable" selon les chercheurs

Presque toutes les régions du monde sont concernées par ce problème de surpoids et d’obésité. Et si cette prévalence semble plafonner depuis quelques années dans les pays riches, elle continue à grimper dans les pays à revenus faibles ou moyens.
C’est aux îles Cook en Polynésie que le taux d’obésité est le plus élevé au monde : il s’élève à 30 % chez les 5-19 ans. Puis aux États-Unis où il atteint 20 %, tout comme en Égypte et en Arabie saoudite. En Afrique du Sud et au Mexique, où les taux d’obésité étaient dérisoires il y a quarante ans, la proportion de filles obèses est désormais comprise entre 20 et 25 %.
"Le taux d’enfants et d’adolescents concernés par l’obésité a commencé à diminuer aux États-Unis et en Europe de l’Ouest, ainsi que dans d’autres pays riches, mais il y reste à un niveau inacceptable", soulignent les chercheurs cités par Le Figaro.

Taxer la malbouffe

Les chercheurs dénoncent l’impact de la commercialisation des produits alimentaires et des politiques publiques, notamment des produits sains vendus trop cher et donc inaccessibles aux plus défavorisés.
Ils suggèrent de faciliter l’étiquetage alimentaire afin d’aider les consommateurs à manger plus sain et à écarter les produits les plus nocifs pour la santé (trop gras, trop sucrés, trop salés). Ils proposent également de taxer lourdement la malbouffe et de mieux encadrer le marketing sur ces produits.
À l’échelle de la planète, les enfants et adolescents en insuffisance pondérale restent néanmoins plus nombreux que ceux en surpoids : en 2016, 192 millions d’enfants étaient considérés en sous-poids modéré ou sévère. Principalement en Asie du Sud-Est, notamment en Inde, et en Afrique.
Les chercheurs alertent sur les dégâts causés par une "mauvaise transition alimentaire" déjà observée dans les régions d’Asie de l’Est, d’Amérique latine et des Caraïbes où les enfants et les adolescents sont rapidement passés du sous-poids à l’obésité. "Si cette tendance se confirme, il y aura en 2022 plus d’enfants et d’adolescents obèses qu’en insuffisance pondérale", préviennent-ils.
d'après: www.konbini.com/fr

HARCÈLEMENT SEXUEL

HARCÈLEMENT SEXUEL - Le hashtag "#BalanceTonPorc" sur Twitter met en lumière le harcèlement sexuel quotidien subi par les femmes dans tous les milieux professionnels. Il répond au scandale provoqué par l'affaire Harvey Weinstein, dans laquelle le producteur est accusé d'avoir violé, agressé ou harcelé sexuellement plusieurs dizaines d'actrices.

La différence entre drague et harcèlement reste visiblement floue pour certains hommes. Au moment de l'affaire Denis Baupin (classée sans suite pour prescription), le site "Paye ta shnek", qui recueille des centaines de témoignages "de harcèlement sexiste dans l'espace public", avait décidé de diffuser un tableau aussi simple que nécessaire. Il rappelle ce qui relève de la drague, du harcèlement, ou de l'agression.
Par exemple "user de sa position pour obtenir des faveurs" relève du harcèlement.

"La différence entre drague et harcèlement, c'est tout simplement le consentement. Et pour s'assurer du consentement d'une personne, il suffit de lui poser la question, et de respecter sa réponse si elle est négative. La drague, c'est un jeu qui se pratique à deux. Le harcèlement, lui, s'impose d'une personne sur une autre".

Que dit la loi sur le harcèlement sexuel?
Dans le code pénal, le harcèlement sexuel constitue un délit. Dans l'article 222-33, il est défini comme "le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, ou créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante".
 d'après Huffpost.fr